uber

Cher Uber,

Tu fais beaucoup parler de toi, surtout ces derniers temps. Au début, on te citait pour ton côté novateur, et dans un second temps pour ton succès. Ensuite, on t’a vu dans le journal parce que les chauffeurs de taxi se sentaient, à juste titre, menacés. Après, on t’a encore entendu parce que tu as baissé tes prix, pour le plus grand bonheur des utilisateurs, mais tes chauffeurs ont craqué… Je ne vais citer toute ton histoire, mais arrêtons-nous quelques minutes sur tes chauffeurs si tu veux bien. Parce que les chauffeurs de tes débuts ne sont plus du tout les chauffeurs d’aujourd’hui. Et ce n’est pas un point positif.

Tu cherches à recruter tout le temps, on voit tes pubs sur tous les réseaux sociaux. On pourrait penser « c’est génial, on va avoir de plus en plus de chauffeurs à notre disposition ». Oui mais…qui sont ces chauffeurs ?

C’est tellement simple de devenir chauffeur chez Uber que de nombreuses personnes viennent bosser chez toi, de très nombreuses personnes. Le problème, c’est qu’ils sont tout sauf des chauffeurs ! Ils ne savent pas vraiment ce qu’est un métier de « service », une bonne partie ne sait pas conduire – conduire c’est aussi un art qui n’est donné à tout le monde, ils ne connaissent absolument pas le plan de la ville et ils n’obéissent pas toujours aux règles Uber (ouvrir la porte, geste apprécié qui a contribué à ton succès, n’est plus dans tes options ?). Ne trouves-tu pas que ça fait beaucoup ?

Puisque je me livre, il y a aussi une chose dont je dois te parler. Depuis un bout de temps, je me suis interrogé sur le temps d’attente après la commande d’un véhicule. J’ai pensé dans un premier temps que les aléas de la route jouaient en ma défaveur lorsque « 5 minutes » se transformait en « 15 minutes », pratiquement. Puis j’ai vu des articles sur internet parler de ce souci. Jusqu’au moment où c’était trop. J’ai même été jusqu’à appeler mon chauffeur, chose que je n’avais jamais faite, pour m’entendre dire « il y a des bouchons, j’arrive tout de suite » dans un quartier que je connais depuis 30 ans ? J’ai failli me dire que j’allais mettre une mauvaise note au chauffeur, mais toi comme moi savons que ça ne sert à rien.

Si je prends le temps de t’écrire aujourd’hui, c’est parce que je tiens à ton service. Mais à celui d’avant.