Après Uber, j’ai repris un taxi

ubertaxi

J’écris ce billet depuis un Uber qui me conduit à l’aéroport. Je repense à ce que j’ai écrit dernièrement sur la baisse de qualité du service puisque j’ai en face de moi un chauffeur habillé en tenue décontractée qui n’a pas mis de bouteille d’eau dans sa voiture. Ce qui ne l’empêche pas d’être très gentil et agréable. Mais ce n’est pas réellement le service Uber auquel on s’attend.

Et un, et deux… Uber !

Dernièrement, pour rentrer chez moi, j’ai essayé de prendre un Uber depuis l’aéroport. Pour bien faire les choses, je me suis positionné exactement où me le demandait l’application. Je suis du genre obéissant dans ce type de situation.

Premier Uber : il m’appelle 1 minute après la commande en me demandant de monter aux « Arrivées ». Je refuse. Le principe du chauffeur…que tu dois aller chercher ! J’étais surtout très chargé.

J’ai annulé ma course rapidement pour n’avoir aucuns frais.

Deuxième Uber : il ne m’appelle pas tout de suite. J’essaye de garder confiance, tout en me convainquant que le premier n’était juste pas débrouillard. Mais finalement… il m’appelle au bout de 3/4 minutes pour me demander où je suis, si je peux me déplacer. Je refuse catégoriquement, une nouvelle fois. Il me rappelle peu de temps après pour me dire que la police l’empêche de passer. Je commence à m’énerver et lui dis de laisser tomber.

J’annule la course…et Uber me facture 5€. Hein ?! Je suis facturé parce que les voitures n’arrivent pas à me récupérer selon les consignes de l’application ?

Heureusement, l’application est bien faite et je suis recrédité rapidement de cette somme. Pour une prochaine course bien sûr, Uber ne va pas facturer son incompétence !

J’ai donc pris un taxi

J’ai été à la borne de taxi pour ne pas passer ma soirée à l’aéroport. Prise en charge immédiate car il n’y avait pas de monde. Deux destinations pour le chauffeur mais ça ne lui a pas posé plus de problèmes que ça. Ce que j’essaye de dire, c’est qu’il n’avait pas besoin de GPS pour se diriger. Ça change. La course est 5 euros plus cher et pour la seconde adresse, il démarre le compteur mais c’est de bonne guerre.

Au final, j’ai surtout trouvé…très peu de différence entre un taxi et un « Uber d’aujourd’hui ». Pas d’échange avec le chauffeur, une voiture correcte, pas de bouteille d’eau… juste le tarif qui est plus élevé, mais payer 5 euros pour avoir sa voiture tout de suite, c’est pas mal, non ?

Je le répète, Uber a intérêt à réagir pour rester aussi bon qu’à ses débuts. La baisse est notable. Et notée !